Hauts-de-Seine La Passerelle Issy-les-Moulineaux

Published on mars 30th, 2015 | by Le Gastronome Parisien

4

La Passerelle, une adresse ambitieuse à Issy-Les-Moulineaux

La Passerelle Issy-les-MoulineauxOuvert à Issy-Les-Moulineaux dans les Hauts-de-Seine depuis mai 2014, le restaurant La Passerelle a pris le pari de proposer une cuisine gastronomique sophistiquée au milieu du nouvel éco-quartier des Bords de Seine à deux pas de Paris. Aux fourneaux, on trouve le Chef Mickaël Meziane. Fils de restaurateur, ce dernier a été formé dans plusieurs belles maisons parisiennes comme le Pavillon Montsouris, Senderens ou encore L’Atelier de Joël Robuchon. Prenant maintenant son envol, le jeune Chef ne cache pas ses ambitions et met la barre très haute en considérant lui-même son nouvel établissement comme son premier Chef d’œuvre… Rien que ça !

Premières Impressions :

Faisant face à l’île Saint-Germain, le restaurant La Passerelle joue la sobriété avec une devanture sombre et moderne à l’image de ce quartier résidentiel comptant quelques sièges d’entreprises aux alentours. L’intérieur est lumineux et particulièrement spacieux. La salle compte une cinquantaine de couverts et se décompose en deux espaces. Un premier en prise avec les cuisines, un second, plus vaste, bercé par le flot tranquille de la Seine.

La Passerelle Issy-les-Moulineaux

Les tables sont joliment dressées, la vaisselle est étincelante et choisie avec goût. Nous prenons place face au fleuve, devant une terrasse pouvant accueillir les clients dès les beaux jours venus. Le service aura été déconcertant. Tantôt obséquieux, tantôt désinvolte, il fût surtout d’une apathie peu commune. Ce cours déjeuner de semaine dans une salle modérément fréquentée nous aura pris plus de 2 h malgré de multiples relances. Difficile de faire revenir la clientèle de bureaux avec de tels délais… Une agaçante expérience qui connait même son apogée lorsque l’on nous apporte en fin de repas « deux coupes de champagne pour nous faire pardonner ». Deux coupes dont on nous prive quelques minutes plus tard au motif qu’elles étaient en réalité destinées à la table d’à côté… Celle-là on me l’avait encore jamais faite !

La Carte :

La Passerelle Issy-les-MoulineauxJ’ai plaisir à parcourir les énoncés de la carte. Je pense à la Gelée de homard, crème de chou-fleur, crabes des neiges et Caviar Osciètre royal, aux Ris de veau et grenailles confites ou encore au Sandre sur son caviar d’aubergines, sauce verjus et pain d’épices. Les bases sont françaises mais, ici et là, je découvre quelques condiments venus d’ailleurs comme sur le Saint-Pierre rôti, sambol caramélisé et crème de coriandre ou les Joues de porc confites, kumquat et polenta à la cardamome. Il faut compter en moyenne 65 € par personne sans boisson pour un repas complet. Malheureusement, il n’existe aucun menu dégustation au déjeuner. Une curiosité pour ce style de restaurant où l’on aimerait goûter à davantage de préparations du Chef même le midi. Il existe bien un Menu Entrée, Plat, Dessert à 40 € disponible uniquement en semaine au déjeuner. Seulement, pour le coup, celui-là ne vous laisse strictement aucun choix. Le menu est fixe de l’entrée au dessert. Mieux vaut donc adhérer à la suggestion du jour sinon c’est 25 € de plus sur l’addition ! Le soir, deux menus dégustation sont en revanche proposés à 75 et 95 €. Des tarifs semblables à ceux de bon nombre d’étoilés de la capitale comme David Toutain ou Les Climats pour citer deux nouveaux promus de l’édition 2015. Bon point enfin pour la carte des vins que j’ai trouvé courte, efficace et pas du tout assassine. Bourgueil Trinch! de Catherine et Pierre Breton à 30 €, je prends.

Le Repas :

Étant donné le temps interminable passé avant la prise de commande, nous laissons tomber l’idée de prendre une entrée et attaquons directement avec des plats de la carte.

La Passerelle Issy-les-Moulineaux

On commence par des Saint-Jacques poêlées, risotto de Fregola au Taleggio et émulsion aux herbes. Une composition mousseuse mais généreuse. La cuisson des Saint-Jacques est impeccable. Le travail sur la Fregola est intéressant mais je m’étonne toujours de la découvrir aussi populaire chez les Chefs parisiens en ce moment. Cette petite pâte rustique originaire de Sardaigne a le mérite d’amener de la profondeur surtout rehaussée au fromage lombard. Il y a un soupçon de fraîcheur avec l’émulsion, un poil de croquant mais j’aurais bien vu une touche acidité quelque part.

La Passerelle Issy-les-Moulineaux

Aucune fausse note sur ce Ris de veau, garniture d’antan et grenailles confites. Le Chef maîtrise incontestablement bien ses cuissons. La garniture est simpliste et quelque peu frugale mais le croustillant des ris de veau et la longueur en bouche du jus rattrapent le coup. Un plat classique mais goûtu et soigné.

La Passerelle Issy-les-Moulineaux

La surprise est finalement venue par ce dessert, une Compotée de pommes à la crème d’amandes et boule glacée. Un dessert élégant, éclatant mais surtout très frais et gourmand. Vraiment tout ce que j’aime !

La Passerelle Issy-les-Moulineaux

Je suis en revanche moins conquis par cette Déclinaison de chocolat dans tous ses états. Certes le chocolat, de qualité de surcroît, en différentes textures a toujours ses adeptes et l’ensemble est évidemment très bon. Mais le dressage aussi flamboyant qu’ampoulé n’y change rien. J’ai du mal à trouver du sentiment et de l’émotion dans ce style d’assiette.

Bilan :

Faut il y aller ? Le jeune Chef Mickaël Meziane a de l’ambition et a sorti le grand jeu pour son premier restaurant. Il a de la technique et l’affiche dans des assiettes savoureuses et soignées aux cuissons et aux assaisonnements impeccables. De ce point de vue, la Passerelle est tout à fait recommandable. Toutefois, cette cuisine manque encore d’identité et gagnerait à quelques élans de folie.

Avec qui ? Pour un déjeuner de travail ou pour un repas plus intimiste en soirée.

Y retourner ? Je me vois bien y retourner aux beaux jours pour profiter de la terrasse en espérant que la cuisine du Chef ait gagné en personnalité et le service en professionnalisme.

La clientèle ? En semaine, beaucoup de cols blancs du voisinage.

C’est cher ? Comptez 65 € par personne à la Carte. Menus dégustation à 75 et 95 € le soir uniquement. La Passerelle cale ses tarifs sur ceux de tables parisiennes mémorables. Au vue de la qualité des produits et du travail abattu, les tarifs restent cohérents mais l’expérience gustative a encore du mal à soutenir la comparaison.

Informations :

La Passerelle
172 Quai de Stalingrad – 92130 Issy-les-Moulineaux
Tél. : 01 46 48 80 81
www.lapasserelle-issy.com


Retrouvez La Passerelle sur la Carte de mes Adresses à Paris.

La Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-MoulineauxLa Passerelle Issy-les-Moulineaux





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



4 Responses to La Passerelle, une adresse ambitieuse à Issy-Les-Moulineaux

  1. AliceNo Gravatar says:

    Je connaissais pas l’adresse, tu as le comble pour dénicher des pépites ! À te lire j’ai l’impression qu’il ne manque pas grand chose pour que ça devienne une très grande table. J’imagine que ça devrait venir avec le temps. En tous cas, j’ai hâte d’aller découvrir ça très vite.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Merci chère Alice 😉

      Oui c’est tout à fait ça. Je trouve que cette cuisine est encore un peu trop académique, trop consensuelle. Ce n’est pas étonnant non plus de la part d’un jeune Chef qui sort de grandes maisons. Il faut le temps de se trouver un vrai style, une typicité qui fait la marque des grands Chefs. Ça reste une adresse à suivre car ça se voit que le restaurant est taillé pour aller chercher une étoile…

  2. XsylumNo Gravatar says:

    Ca donne envie mais la description du service un peu moins … Enfin, cela laisse penser que c’est tombé un « mauvais jour ». Le style (déco+vaisselle) semble bien contemporain. C’est toujours apréciable.

    Petite curiosité, tu indiques que la plupart des bases sont françaises mais les condiments un peu moins français. Simplement parce que tu le sais ? Bon, c’est vrai que la coriandre, ce n’est pas vraiment français …
    Ma seconde question serait : le style, d’après les photos ^^, reste très Français. C’est une bonne intégration ?

    Bonne continuation de dégustation !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Oui pour le service je suis sans doute tombé un mauvais jour, ça arrive. Je raconte ma petite anecdote pour faire sourire mais je n’insiste pas la dessus car si j’ai bien retenu une leçon de mon expérience de blogging c’est qu’il n’y a pas plus aléatoire et fluctuant que la perception du service.

      Pour les condiments, je dis que je remarque sur la carte, notamment dans les deux plats que je cite, l’usage de quelques condiments étrangers comme la coriandre, la cardamome et surtout le Sambal qui est un condiment épicé indonésien que l’on n’a pas l’habitude de croiser chez nous. Pour te répondre, oui les plats que nous avons pris sont très français à part évidemment le risotto de fregola.

      à bientôt Xsylum !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑