Coup de ♥ Jin Saint Honoré

Published on juin 25th, 2013 | by Le Gastronome Parisien

19

仁 Jin Saint-Honoré ou l’excellence de la cuisine japonaise à Paris

Paris compte depuis le début de l’année un tout nouvel établissement consacré à la haute gastronomie japonaise. Avec aux commandes le maître sushi Takuya Watanabe tout droit débarqué de Sapporo au Japon, le 仁 Jin Saint-Honoré frappe fort en proposant une cuisine japonaise d’exception à base de poissons frais en plein centre de la capitale. Typiquement le style d’adresse à laquelle je ne peux résister.

Premières Impressions :

Jin Saint HonoréLe Jin n’est ouvert qu’au dîner. Réservation fût donc prise un jour de semaine en ce frileux mois de juin. Au milieu de la petite rue de la Sourdière se dresse ce bel écrin de gastronomie nippone. La baie vitrée laisse apparaître le comptoir où officie le Chef Taku. Une fois rentrés, nous sommes admirablement accueillis par une équipe en salle exclusivement féminine. Tout le long de la soirée, le service aura d’ailleurs été au top, prévenant, souriant et efficace. Un indéniable point fort qui fait de cette adresse un lieu idéal pour passer une soirée chic en toute décontraction.

La décoration est signée d’un architecte japonais basé à Paris, Jun Yonekawa. Même si on ne peut qu’apprécier le large comptoir en bois ou encore les confortables tabourets, il n’en demeure pas moins que l’ensemble reste sombre et assez banal à mon goût. En plus de cette première salle, le Jin compte également une salle en sous-sol où bien sûr il n’est pas possible de voir le Chef. Ainsi les prix du menu s’en retrouvent minorés. Malheureusement, il fallait s’y attendre, alors que le haut fait salle comble, la salle du bas ne verra pas passer un seul sushi de la soirée. J’imagine aisément que les clients du Jin préféreront attendre une disponibilité au comptoir plutôt que de se retrouver en sous-sol, même avec une décote.

Au comptoir le Chef Takuya Watanabe et un second cuisinier sont déjà à l’oeuvre. Ils rappent des racines fraîches de wasabi, préparent les sauces ou sortent les boites en bois emplies de poissons frais. Le gabarit du Chef Taku contraste avec la délicatesse et la précision de ses gestes. Nous saluant dès notre arrivée, il apparaît comme adorable et visiblement très soucieux de satisfaire chacun des 12 convives attablés devant lui.

La Carte :

Jin Saint Honoré

La carte propose deux Menus Dégustation. Un premier à 125 € comprenant, de mémoire, 9 plats, 10 sushis, une soupe Miso et un thé vert japonais. Le second moins généreux en sushis est proposé à 95 €. Il est également possible d’opter pour un supplément facturé 25 € où le thon est remplacé par de la ventrèche, un thon gras aussi appelé Toro au Japon et bien sûr beaucoup plus onéreux. Le contenu des menus reste une entière surprise mais les premières préparations du Chef derrière le comptoir nous mettent déjà l’eau à la bouche. En ce qui nous concerne, le menu à 125 € sans supplément fera nos affaires !

Coté boisson, le saké est naturellement à l’honneur avec un large choix dont certains réputés prestigieux. Pour changer et sur les conseils avisés de la serveuse, j’ai jeté mon dévolu sur un saké pétillant élaboré selon la méthode champenoise. Une vraie originalité qui donne au saké un coté plus festif et moins cérémonieux.

Le Repas :

Le bal des assiettes débute ce soir là avec un Tartare de Chair de Crabe et son Corail absolument délicieux. A peine remis de ces premières émotions, le Chef nous submerge à un rythme effréné mais maîtrisé de ses magnifiques créations.

Jin Saint Honoré
Sashimi de Turbot

Jin Saint Honoré
Bouillon de Lotte, Algue Wakame et Shiitake

Jin Saint Honoré
Sashimi de Thon

Jin Saint Honoré
Tartare de Dorade, Gingembre et Œufs de Saumon

Jin Saint Honoré
Thon grillé et Riz au vinaigre rouge

Jin Saint Honoré

Je m’arrête un instant sur ce Sashimi d’Ormeaux au Yuzu car on ne peut pas dire qu’on tombe dessus tous les jours en France. Habitué aux ormeaux (ou abalones) cuisinés à la cantonaise dans les banquets à Hong Kong, j’étais très curieux à l’idée de le déguster cru façon sashimi. Malgré une texture légèrement caoutchouteuse, son parfum iodé est délicat. Relevé par un zeste de yuzu, ce sashimi fût une vraie découverte. Comme il n’est pas rare de le trouver à la carte de restaurants japonais à Hong Kong, je le commanderai maintenant sans hésitation !

Jin Saint Honoré

Avant de passer à la valse des sushis, le Chef Taku nous amène, toujours avec un aussi large sourire, ces Huîtres fumées à la paille, Mayonnaise et Feuille de Shiso. La vaisselle est toujours aussi belle. Ici les huîtres sont dressées sur un cône couleur ardoise très original. On n’en serait presque impressionné par tant de raffinement et de beauté. Finalement en bouche, ce plat fût celui qui m’aura le moins conquis. Le fumage était un brin trop puissant à mon goût. J’ai eu comme l’impression de fumer une cigarette et je suis loin d’aimer ça !

Jin Saint Honoré

Le rythme en cuisine est soutenu pour servir chacun des plats et sushis aux 12 clients présents. Pour autant le geste reste précis voir millimétré quand le Chef Taku ajoute une pointe de wasaki frais ou découpe de fines lamelles de maquereau pour en faire un somptueux sushi.

Jin Saint Honoré

Jin Saint Honoré

Jin Saint Honoré

Jin Saint Honoré

Un à un, nos sushis sont réalisés juste devant nos yeux et déposés avec soin sur notre plateau. Dorade, Turbot, Chinchard, Thon, Saumon, Maquereau, Seiche, Maquereau, Crevette crue ou Huître, tous sont remarquables ! Les poissons sont ultra frais et les sushis sont confectionnés magistralement par le Chef. Rien que pour admirer sa technique et son doigté, il est indispensable de réserver au comptoir. Si je devais vous donner mes coups de coeur, je dirais la Crevette crue, le Saumon, la Dorade et le Maquereau. Même s’il est très bien préparé, le sushi à la Seiche reste le moins savoureux.

Le dîner se terminera par une Soupe Miso mémorable. A la fois parfumée et puissante, elle ponctue avec chaleur ce trop court voyage gastronomique au Japon. Vous noterez au passage que le Chef ne fait pas dans le sucré puisque aucun dessert n’est prévu au menu.

Bilan :

Faut il y aller ? Evidemment. Le 仁 Jin Saint-Honoré et son Chef Taku ne peuvent que forcer l’admiration tellement la cuisine est délicieuse et la service adorable. Les hauts lieux de la gastronomie japonaise à Paris sont rares et méritent que l’on vienne y voyager le temps d’un dîner.

Avec qui ? Parfait pour un dîner à deux en toute décontraction au comptoir.

Y retourner ? Avec un immense plaisir même si le prix le réserve aux occasions spéciales. A alterner avec le Bizan dans le 2ème dont je vous avais déjà vanté les mérites ici.

La clientèle ? Très diverse. Des cadres japonais, de jeunes couples. Tout le monde prend plaisir à échanger quelques mots en admirant le chef à l’oeuvre.

C’est cher ? Bien sûr, 125 € c’est une somme. A ce prix, vous n’avez pas seulement bien mangé, vous avez vécu une expérience culinaire rare à Paris. Il faut se dire que pour ce prix vous avez à la fois un restaurant et un spectacle. Du coup, ça en devient presque pas cher 😉

Et les toilettes sont propres ? Parfaits, rien à redire. On ira même jusqu’à vous accompagner à la porte des toilettes.

Informations :

仁 Jin Saint-Honoré
6, rue de la Sourdière – Paris 1er
Métro : Tuileries
Tél. : 01 42 61 60 71
Ouvert tous les soirs uniquement du Lundi au Samedi.
www.facebook.com/JinSaintHonore


Retrouvez le 仁 Jin Saint-Honoré sur la Carte de mes Adresses à Paris.

Jin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint HonoréJin Saint Honoré





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



19 Responses to 仁 Jin Saint-Honoré ou l’excellence de la cuisine japonaise à Paris

  1. Pfou, ça me donne très envie d’y aller ! Hâte de terminer mes études rapidement pour pouvoir y aller ! Encore merci pour cette belle adresse ! 🙂

  2. Superbes photos. je n’ai pas encore osé y aller mais tu vas finir par me convaincre !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Moi aussi j’ai hésité au début pensant que ce serait un peu trop guindé mais finalement non. C’est sûr que nos voisins de comptoir nous faisons bien remarquer qu’ils avaient mangé la veille chez Joël Robuchon mais à part ça, grâce à la super équipe en salle, l’ambiance est très décontractée et on s’y sent bien.

  3. magaliNo Gravatar says:

    dommage que ce ne soit pas dans ma région ! J’ai rêvé devant vos photos (à ce propos bravo, un véritable artiste !)

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Merci bcp Magali ! Il n’y a pas trop de mérite, il faut juste oser sortir son imposant appareil à chaque plat pour le prendre en photo 😉

  4. ThomassouNo Gravatar says:

    Bravo pour les photos, elles sont magnifiques et donnent vraiment envie et particulièrement le Tartare de Dorade, Gingembre et Œufs de Saumon.
    Ca ne m’étonnerait pas que le Michelin sorte sa première étoile pour un pur restaurant japonais en France avec le Jin.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Tu as raison, il n’y a aucun restaurant japonais traditionnel étoilé à Paris. Il y a bien le Passage 53, Kei, Sola ou encore Aïda qui ont à leurs têtes des chefs japonais et se servent de leur origine dans leurs cuisines mais on reste dans de la cuisine franco-japonaise. Le Jin a en effet le profil pour se voir décerner une étoile l’année prochaine avec un vrai restaurant à sushis.

  5. épicurieuseNo Gravatar says:

    Wow, ça à l’air top!! Le sushi d’ormeau au yuzu m’intrigue beaucoup…
    Je le mets tout en haut de ma « to do list » de restos pour une grande occasion, merci pour l’adresse!

  6. GrégoryNo Gravatar says:

    Déçu par la tronche du sashimi de thon 🙁 C’est du premier prix ça visiblement. Made in Norvège.

    Il était bon?

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Oui très bon ! Tu vois ça a quoi ? A la couleur ? Comme la photo est retouchée et sursaturée, je ne sais pas si elle peut être révélatrice de la qualité du poisson.

      • GrégoryNo Gravatar says:

        Ah OK.
        On dirait qu’il n’est pas gras du tout.

        • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

          Tu as raison c’est vrai qu’il n’était pas suffisamment gras. Ils en proposaient du plus gras mais en option et plus cher 😉 On est d’accord que plus le thon est gras et clair et meilleur il est 🙂

  7. CECJ2No Gravatar says:

    Personnellement, je trouve Jin surfait : c’est un lieu snob où l’ambiance est très désagréable! C’est cher et à part certains sushi, qui, je le reconnais sont excellents, je n’ai pas passé un agréable moment. Je me suis senti oppressé, j’ai du supporter les commentaires insipides de ma voisine et le foie de lotte était vraiment mauvais.
    J’ai été aussi choqué que la patronne me demande d’arrêter de prendre des photos du chef ! 1. On retrouve sa tête sur tous les blogs. 2. Avec son look de méchant sumo, il n’est pas assez grand pour le demander lui-même ?
    Oui je sais, tous les autres critiques ont adoré. Et alors ? Moi je déconseille ce restaurant, surfait. On verra dans un an s’il a survécu.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Bienvenue CECJ2.

      Bien content de découvrir ton blog grâce à ton commentaire ! Je suis souvent à court d’adresses japonaises. Je sens maintenant que je sais à quel site me référer 😉

      Dommage que tu aies passé une si mauvaise soirée au Jin. Je peux comprendre que tu aies trouvé le lieu snob. Moi même j’avais cette crainte avant d’y aller. Nul doute que les clients qui étaient avec toi ce soir là y sont pour beaucoup car avec le comptoir et la proximité ça a vite fait de te pourrir le repas. Perso j’ai eu de la chance car les gens étaient en majorité sympathiques, pas trop bourgeois et décontractés. Même s’il ne faisait aucun doute que nous n’étions pas du même monde…
      Pour le coup des photos, je te l’accorde ce n’est pas très commerçant. J’avais laissé mon appareil en évidence sur la table pendant tout le repas et je n’ai pas eu de soucis. C’est plutôt les autres clients qui me dévisageaient et ne comprenaient pas pourquoi je photographiais tous les plats mais bon ça j’ai l’habitude 😉 Le Chef doit en avoir un peu marre à force de se faire tirer le portait mais dans ce cas il ne faut pas faire un comptoir et faire la cuisine devant les clients. A ce prix, le dîner est aussi un spectacle, une expérience et il est normal que les clients veuillent immortaliser le moment en photo. J’espère que la patronne et le chef vont comprendre ça car en effet ça peut être préjudiciable à leurs affaires.

      Sinon tu as quand même l’air d’avoir bien mangé ? Au delà des sushis, as-tu eu des plats plus singuliers que tu as aimé ?

  8. CECJ2No Gravatar says:

    Oui il est certain que les personnes sur place changent ton expérience. Mais je pense avoir été objectif : la cuisine de Jin n’a rien d’exceptionnel, et non, à part les sushi, rien ne m’a marqué. Après Guilo-Guilo qui a baissé, dans le genre original, je préfère Wakaba dans le 7ème, Ito à Pigalle ou Omussubi à côté de Gare du Nord. Là tu as vraiment l’impression de faire un détour par le Japon.

    Pour Jin, je ne suis pas contre y retourner s’il survit après 1 an ou s’il ouvre à midi avec des prix plus abordables. Il manque de finesse, il est trop concentré, stressé… Il me rappelle le chef de The Shiori à Londres qui n’a pas voulu que je le prenne en photo, qui était lent, mais là, quand tu vois la perfection de ces plats, tant au niveau présentation que goût, tu n’as rien à dire.

  9. Pingback: Guide Michelin et Asia's 50 Best Restaurants 2014 - Le Gastronome Parisien

  10. Pingback: Gastronome Parisien : Bilan 2014 - Le Gastronome Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑