Paris 2ème Saturne Sven Chartier

Published on mars 26th, 2013 | by Le Gastronome Parisien

11

Saturne pas toujours rond dans l’assiette

À deux pas du Palais Brongniart dans le 2ème arrondissement, Le restaurant Saturne semble faire l’unanimité depuis son ouverture en 2010. Son Chef Sven Chartier encore récemment distingué au dernier Omnivore comme Chef créateur de l’année y propose une cuisine délicate et audacieuse. D’abord pris d’assaut à son ouverture, la réservation y est aujourd’hui plus aisé.

Premières Impressions :

Le lieu est particulièrement vaste avec une première partie de la salle à l’entrée et une seconde près de la cuisine ouverte. La décoration, bien que réussie, est assez quelconque. Les immenses armoires à vins couvrant tout un pan de mûr donne en revanche beaucoup de cachet à l’endroit. Encore une fois, il n’y a pas de lumière ! Déjà qu’on s’est farci un hiver horrible et déprimant, il faut encore qu’on nous plonge dans le noir quand on va au restaurant. Le service est bien présent mais malheureusement impersonnel. Le bonjour est timide, le serveur change à chaque assiette et le tout se fait sans aucune explication. En revanche, on notera plus tard leur réactivité et le bon cadencement du service.

La Carte :

Point d’excentricité, la Carte, sur sa demi-feuille de papier, se veut simpliste et surtout restreint. Le menu est encore une fois imposé. 60 € pour 7 assiettes dont 2 entrées, 3 plats et 2 desserts. Les intitulés font dans la sobriété, un peu trop peut-être. Les plats semblent assez diversifiés, les produits sont nobles et les associations audacieuses. Ça se tente !

Saturne Sven Chartier

L’accord mets-vins est à 60 € avec autant de verres que d’assiettes. A mon avis c’est beaucoup trop. Comment voulez vous apprécier des vins aussi diverses à un tel rythme ?  Sans compter qu’il y a de fortes chances que vous ayez fini votre assiette bien avant votre verre. J’opte donc pour quelques verres de vin facturés arbitrairement 12 €. À noter que le vin ne vous est pas servi directement à table. Votre verre traverse en effet la salle déjà chichement rempli. Un peu limite pour un restaurant qui met le vin à l’honneur.

Le Repas :

Vous m’excuserez par avance des photos de piètre qualité mais impossible de faire mieux dans cette ambiance de chambre à coucher. J’ai trouvé d’autres photos plus avantageuses sur Google et disponibles ici.

Saturne Sven Chartier

Nous débutons avec cette première assiette de Poireaux, Fourme d’Ambert et Pignons de Pain. Visuellement c’est plutôt joli. Difficile de croire que cette intrigante poudre est en réalité de la Fourme d’Ambert. Au goût, c’est forcément surprenant mais ne comptez pas sur moi pour crier au génie. La poudre de Fourme d’Ambert glacée anesthésie à moitié le palais et son goût très fort prend complètement le dessus sur le reste de l’assiette. On peut quand même s’interroger sur la pertinence de servir un fromage aussi puissant en amuse-bouche et juste avant une huître… Je n’aurais pas trop d’un verre de vin pour faire passer le goût.

Saturne Sven Chartier

La suite est beaucoup plus appréciable. En effet, cette Huître, Poire et Cresson est délicieuse. L’association de l’huître et de la poire fonctionne à merveille et la gelée de cresson est d’une texture parfaite. Voilà le genre de plat que j’étais venu chercher au Saturne.

Saturne Sven Chartier

Saturne Sven Chartier

S’ensuivent deux assiettes de poissons, Aiguille fumée, betterave et raifort et Turbot sauvage, Endives et navets. Rien à redire sur les poissons, cuits à la perfection et bien assaisonnés. L’anguille fumée est particulièrement savoureuse même si, encore une fois, la poudre glacée de betterave à tendance à gâcher la fête déjà écourtée par des portions minuscules. Pour rappel, ce genre de poudre s’obtient avec une machine à la mode dans les cuisines, la fameuse Pacojet. Pas de doute la dessus, le Chef Sven Chartier en est fan.

Saturne Sven Chartier

Le Pigeon au sarment de vigne, grand roux est sacrément à son aise voir quelque peu ridicule dans cette grande assiette. On retiendra davantage la qualité du condiment que celle du Pigeon.

Saturne Sven ChartierÀ peine le Pigeon débarrassé, je me suis empressé de commander du Comté car autant vous dire que j’avais encore très faim. Il est annoncé Extra vieux 31 mois et facturé 16 €. À la place du traditionnel morceau de fromage, nous arrive une assiette de lamelles de Comté découpé façon tête de moine. Est-ce une manière de masquer le défaut d’affinage ? Je me le demande surtout que faire ça avec un Comté vraiment affiné convenablement pendant 31 mois est impossible. Je finis par tout manger en abusant du pain mais le plaisir n’y est pas et pourtant le Comté et moi c’est presque une histoire d’amour.

En dessert, pas de grande surprise enfin si une mauvaise. La faisselle, encore pacojetisée, se révèle être au lait de chèvre. Comme ce n’est pas vraiment courant en dessert, j’aurais aimé la précision sur le menu. Du coup, nous laissons les assiettes quasi-intactes, ce qui n’a pas vraiment semblé attrister notre serveuse. Quoique, puisqu’elle a oublié de nous ramener le second dessert. Voyant la table complètement débarrassée, je me permets de relancer. L’honneur est sauf, je déguste mon minuscule bol de Chocolat & Foin (bon au demeurant) entre l’addition et la machine à carte bleue.

Bilan :

Faut il y aller ? Oh en période de canicule, 5 plats glacés ce doit être sympa, mais en hiver… Blague à part, tout est loin d’être une réussite mais le Chef a indéniablement du talent et prend des risques, donc à vous de voir. Pour confronter les points de vue, vous pouvez lire l’avis du blog Analytique de l’Aliment sur le même menu. 

Avec qui ? Entre amis. Même si comme toujours la lumière est tamisée, l’ambiance ne se prête pas à un dîner romantique, trop bruyant et service trop décontracté.

Y retourner ? C’est bon, j’ai eu ma dose de Pacojet.

La clientèle ? À gauche, des touristes russes qui piquaient ce qu’ils leur manquaient directement sur ma table. À droite, des gens qui se donnaient un genre important et dont plus personne ne doutait qu’ils connaissaient des peoples.

C’est cher ? 60 € le Menu unique, oui c’est toujours forcément trop cher quand on a que moyennement apprécié son repas. Je m’interroge aussi sur le tarif de l’accord mets-vins du même montant que le menu. Le Comté facturé 16 €, c’est trop.

Et les toilettes sont propres ? Oui.

Informations :

Saturne
17 Rue Notre-Dame des Victoires – Paris 2ème
Métro : Bourse
Tél. : 01 42 60 31 90
www.saturne-paris.fr

Saturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven ChartierSaturne Sven Chartier





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



11 Responses to Saturne pas toujours rond dans l’assiette

  1. Je suis désolée de ta déception. Le saturne reste un de mes restaurants préférés. J’y vais au moins 2 fois par an depuis 2010, et c’est le seul qui reste constant. (Vs le spring par exemple). Et il faut parler des madeleines 🙂 un vrai régal en fin de repas. Parmi tous ces restau à la mode : septime, Kei, le frenchie, le spring…. Il reste avec mon number 2. Number 1 allant pour le Sola.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Bonjour Emysoulkitchen,

      Merci pour ton message ! Oui moi aussi ça me désole un peu mais bon il faut rester modéré. J’ai juste moyennement aimé. Mais tu vois par exemple je n’ai pas eu droit aux madeleines 🙁 Je me demande si je n’ai pas la poisse en fait ! Non mais pour rentrer un peu dans le détail, par exemple, tu trouves vraiment que c’est bon toutes ces poudres glacées sur quasiment tous les plats ? Je veux dire, on va au resto aussi pour se faire plaisir, se faire du bien et manger avec gourmandise. Quand il fait -3°C comme ce jour là et qu’on te sert 5 plats froid dont 4 glacés sur 7 plats au total le tout en portion syndicale, je trouve que pour le plaisir et la gourmandise, on est un peu à coté de la plaque :S
      Tu as raison les adresses que tu cites sont très biens. Mon préféré de la liste c’est Kei 😉
      A bientôt !

  2. ogerNo Gravatar says:

    Ca fait plaisir de lire un avis divergent et construit sur un restau que tout le monde encense. A en juger par ce que tu expliques et par tes photos, j’aurais émis les mêmes critiques. On sent que tu as été déçu parce qu’on te l’a tant vanté, le Saturne, que tu t’attendais à quelque chose de grand, de beau, de cohérent.

    Au lieu de ça on te sert une cuisine en désaccord avec le froid du moment, qui ne t’émerveille pas plus que ça et qui ne nourrit pas son homme. Bref, tu sors du consensus, mais ce n’est clairement pas de l’esprit de contradiction, c’est une sincère – et amère j’imagine – déception que j’aurais partagée avec toi si j’avais été là !

  3. Nath'No Gravatar says:

    Y a pas photo, je préfère me faire 3 restos de dim sum à HK que de tenter celui-ci ! 😉

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      lol c’est ce que dit exactement ma femme ! « Tu te rends compte au prix qu’on a payé le nombre de bons restos à HK qu’on aurait pu faire… » 😉

  4. Nath'No Gravatar says:

    Ah oui j’imagine très bien le nombre de bons restos qu’on peut se faire à HK pour le même prix et j’imagine même très bien le contenu des assiettes ! 😉

  5. Sophie H.No Gravatar says:

    Pareil, je suis allée 2 fois dans ce resto pour le déjeuner car je travaille pas loin et j’ai toujours été déçue. C’est surprenant mais pas très bon. Au prix du couvert, on aimerait au minimum avoir bien mangé en sortant. J’ai bien rigolé quand tu as parlé de la clientèle. J’ai eu la même expérience avec des voisins visiblement politicards qui étaient des « proches de Nicolas Sarkozy »… Mystère. Très fort !

  6. Je viens d’y aller pour un déjeuner et ça n’a rien à voir avec votre diner ! de la lumière, vin servi à table, serveurs sympathiques et annonçant les plats, bref…
    Tout était vraiment bon, les cuissons parfaites et les accords excellents… les madeleines avec le café sont à tomber ! par contre c’est vrai le vin au verre est cher…
    j’ai parfois testé des restaus le midi et le soir et reste plutôt adeptes des déjeuners !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Vous avez effectivement eu plus de chance que moi car je n’ai vu ni les bouteilles de vin à table ni les madeleines… C’est vrai qu’au déjeuner c’est souvent mieux, plus audacieux, plus de lumière et des prix plus serrés. Malheureusement pour moi boulot et déjeuner au resto ne sont pas compatibles 🙁 En tout cas merci d’avoir partagé cet autre point de vue sur le Saturne !

    • ThomassouNo Gravatar says:

      Carole,

      Étrange que vous ayez eu les verres de vin servies à table. Tous les articles sur ce resto mentionnent ce point négatif et j’ai aussi vécu la même expérience que le gastronome. Même si les produits sont bons, tout est gâché par ses poudres qui n’ont strictement aucun intérêt. Ce n’est pas de la cuisine de congeler un produit et de le pulvériser dans un machine…

  7. Pingback: J'ai mangé un Clown Bar ! - Le Gastronome Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑