Coup de ♥ Yamamoto

Published on décembre 23rd, 2013 | by Le Gastronome Parisien

5

Yamamoto, l’exception qui confirme la règle ?

Il y a quelques jours, je lisais un article qui expliquait comment distinguer un « vrai » restaurant japonais d’un faux (comprendre tenu par des non-japonais) de façon à ne pas se faire avoir. Ça m’a donné envie de vous parler du Yamamoto. En effet, au même titre qu’il existe de « vrais » restaurants japonais absolument infâmes (il suffit d’aller rue Saint-Anne là où certains font la queue…), on trouve à Paris quelques adresses où la dextérité dans le maniement du Haiku n’est en rien une question d’origine…

Premières Impressions

YamamotoDirection la rue Chabanais dans le 2ème arrondissement pour découvrir la devanture pas forcément très engageante du Yamamoto. C’est vrai qu’ils ont mis le paquet pour qu’on se méfie. La carte compte presque autant de plats qu’un restaurant chinois et la décoration se limite à quelques chinoiseries sans doute dénichées à bon prix à la Foir’fouille. Avec une salle pas bien grande et des tables très rapprochées, je ne peux que vous conseiller de prendre place au comptoir. En plus d’être bien installé, le comptoir permet d’échanger avec le Chef qui est à chaque fois d’excellent conseil et sait toujours nous surprendre quand on lui laisse carte blanche. Niveau service, certes il y a quelques petites erreurs mais je le trouve personnellement efficace et toujours cordial.

La Carte

Je ne vais pas vous faire l’article mais il y en a pour tous les goûts. Le poisson cru est évidemment leur spécialité avec une très belle sélection de Sushi, Sashimi, Maki, Chirashi et autre Tataki. Le Chef met à sa carte plusieurs poissons originaux en fonction des arrivages comme du Chinchard, de la Liche ou du Barbue. Pas la peine de se tracasser, il suffit de demander au Chef ce qu’il y a de meilleur aujourd’hui et le tour est joué. Les entrées ne manquent pas non plus d’intérêt avec divers assortiments de Sunomono (Légumes et fruits de mer marinés au vinaigre), Natto (Haricots de soja fermentés) et de Nuta (Légumes et fruits de mer marinés au vinaigre et pâte de soja). Les prix sont globalement très corrects avec plusieurs formules attractives comme celle à 30.50 € comprenant Sushi, Sashimi, Tempura, Brochettes et Soupe Miso.

Le Repas

Le soir de ce dîner au Yamamoto, nous sommes restés sur des classiques. Attablés au comptoir, nous demandons au Chef un assortiment de Sushi, Sashimi et Maki de son choix. Ce dernier, sûr de la qualité de ses produits, prend les choses en main et nous submerge d’assiettes toutes plus appétissantes les unes que les autres.

Yamamoto

Sashimi Saumon et Liche

Yamamoto

Sushi Saint-Jacques, Thon gras, Saumon et Crevettes crues

Yamamoto

Sushi Saint-Jacques, Saumon, Dorade et California Saumon Avocat

Yamamoto

Sushi Dorade

Yamamoto

California, Sushi Crevettes crues, Maki Tartare de Saumon

Yamamoto

Même si nous avions volontairement demandé peu d’excentricité, nous ne pouvions repartir du Yamamoto sans déguster une petite création. En effet, le Chef a la très bonne idée de créer régulièrement de nouveaux plats. Maki Saumon aux épinards ou aux fruits rouges, Tartare de Saint-Jacques sauce Miso ou California Croustillant à l’Avocat épicé, tous sont délicieux. Par contre, ne cherchez pas sur la carte, il faut les lui demander. Ce jour là, il nous a proposé une assiette d’Encornets et Oursin avec unesauce au Saké et Yuzu. Audacieux mais bigrement bon. Voilà pourquoi je reviens sans cesse au Yamamoto 😉

Bilan

Faut il y aller ? Des poissons d’une fraîcheur remarquable, un Chef de talent et un souci constat de la qualité, il n’y a pas de doute le Yamamoto est le contre-exemple parfait du « faux » japonais qui a tout d’un vrai voir d’un grand ! Rappelons au passage que les premiers « faux » japonais sont toutes ces chaînes qui a grand renfort de chefs étoilés et de soirées mondaines arrivent à nous vendre du poisson bas de gamme à prix d’or.

Avec qui ? À deux au comptoir en trinquant autour d’un bon saké.

Y retourner ? Naturellement. Il y a tellement de bons plats à la carte qu’une seule visite ne peut suffire. Et je ne remets pas le couvert sur les créations du Chef.

La clientèle ? Beaucoup d’habitués. En revanche, la clientèle japonaise n’est visiblement pas encore prête à concéder sa gastronomie à d’autres.

C’est cher ? Le midi, un plat, une soupe et un dessert entre 11 et 23 €. Le soir, le Menu Omakase à 30.50 €. Sinon à la carte avec jeans déboutonné à la sortie garantie comptez 45 €. Bref, un excellent rapport qualité/prix. Voyez, quand on ne met pas tout l’argent dans la déco, ça en laisse un peu pour acheter du bon poisson 😉

Et les toilettes ? Réglementaires.

Informations :

Yamamoto
6 Rue Chabanais – Paris 2ème
Métro : Pyramides
Tél. : 01 49 27 96 26
Ouvert du Lundi au Samedi de 12h00 à 14h30 et de 19h00 à 22h30.


Retrouvez le Yamamoto sur la Carte de mes Adresses à Paris.

YamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamotoYamamoto





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



5 Responses to Yamamoto, l’exception qui confirme la règle ?

  1. FabienNo Gravatar says:

    Je connais ce Japonais vraiment sympa je le conseil également les photos me donne envie d’y retourner.

    A+
    Fabien, bars paris sympa http://www.lephysionomiste.fr/bars-paris/

  2. Haha les japonais de la rue Sainte Anne! ou la « rue des Pigeons », au choix 😉

    Merci pour cette adresse, je la mets dans ma TO DO!

  3. kpopNo Gravatar says:

    ça me donne envie d’y aller 🙂

  4. guoNo Gravatar says:

    Je travaillais juste en face du Yamamoto, j’ai vu défilé pas mal de beaux monde dans ce petit resto discret…J’apprécie bc pleur carpaccio de Saint jacques et un poisson blanc grillé qui ne figure pas sur la carte et malheureusement pas toujours dispo…
    Oui comme le gastronome parisien, je confirme que la meilleure place est au comptoir à l’angle:)

  5. Pingback: ITW vrai/faux connard by Florence Donné créatrice de Ringthebelle | Les connards en Ray-Ban - blog lifestyle masculin - mode - beauté - musique - food

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑