Coup de ♥ Pâtisserie Mori Yoshida

Published on août 23rd, 2013 | by Le Gastronome Parisien

13

Coup de cœur pour les pâtisseries françaises du Chef Mori Yoshida

Quand j’ai entendu parler de la pâtisserie Mori Yoshida à son ouverture en avril 2013, je dois confesser que je me suis dit  » Et allez encore une pâtisserie japonaise de plus à Paris » ! Je vous avoue que je suis loin d’être le premier fan de pâtisseries comme Aoki ou Yamazaki pourtant très largement plébiscitées. Associations douteuses, glaçages abusifs, portions minuscules et tarifs prohibitifs m’auront toujours empêché de hurler avec la meute. Seulement voilà chez Mori Yoshida, on oublie les croissants au matcha et autres macarons au wasabi. Le jeune Chef pâtissier, riche d’un parcours entre la France et le Japon, propose dans sa boutique des pâtisseries françaises classiques revisitées avec talent, le tout sans chercher à faire croire qu’il est normal de payer 6 € pour un malheureux éclair.

Premières Impressions :

Direction le 7ème arrondissement, au milieu de la bien triste avenue de Breteuil pour découvrir cette nouvelle adresse. J’ai du mal à comprendre comment on peut venir se terrer dans ce genre de quartier mais bon, passons ! Alors qu’à ma gauche un couple de parisiens joue au volley en maillot de bain sur l’esplanade en évitant habilement les déjections canines, j’aperçois la devanture minimaliste de la boutique. Certains romantiques vous parleront d’une décoration dans le pur style nippon, épurée et chic. Personnellement, plus imprégné par le pragmatisme chinois, j’aurais tendance à dire que c’est une déco efficace et qui ne coûte pas cher. Comprendre, l’argent on le met dans les gâteaux, pas dans la déco !

La Commande :

La boutique est organisée en trois parties, les pâtisseries, les viennoiseries et un dernier espace plus hétéroclite mêlant chocolats, confitures et autres cakes. On admire au premier coup d’œil la qualité de réalisation des pâtisseries. Certaines brillent réellement par leur générosité et leur esthétisme comme le Duo Saint Honoré, le Millefeuille Noisettes, le Mont Blanc ou le Concorde Framboises. D’autres sont légèrement moins grandioses comme la Tarte au Citron ou le Baba aux Agrumes mais visiblement tout aussi soigneusement élaborées. Coté tarifs, la surprise est plutôt bonne. 3.5€ pour les éclairs et entre 5 et 5.8 € pour les pâtisseries plus complexes. Si on compare au  4.3 € de l’écœurant éclair au sésame noir ou au 6.1€ du minuscule Bamboo de chez Aoki, il n’y a pas photo…

Le présentoir à viennoiseries est naturellement moins coloré, plus classique. Ce jour là FinancierKouign Aman, Croissant, Chausson à la Banane et aux Pommes et j’en oublie. Les prix restent doux. Comptez 2.8 € pour les Chaussons par exemple. Ces chaussons justement, on me les avait chaudement recommandé. C’est donc sans une once d’hésitation que je demande à la jeune vendeuse japonaise de les ajouter à son petit plateau.

Pâtisserie Mori Yoshida

La gourmandise aura eu raison de mes bonnes résolutions alimentaires estivales. Me voilà reparti ni une ni deux avec 3 viennoiseries et 3 gâteaux ! Aie aie aie ! Tant pis pour les appétissants cakes à partager, au diable les jolis chocolats aux noms enchanteurs, je reviendrai un autre jour faire exploser mon compteur calorique quotidien…

La Dégustation :

Pâtisserie Mori Yoshida

Qu’il me fait saliver ce Saint Honoré ! Une crème Chiboust légère à la pistache, des choux frais gonflés par une crème onctueuse à la framboise, une feuilletage aérien, des framboises et des pistaches fraîches, que demander de plus ? Même si le cœur framboises et le caramel apportent un petit excès de sucre, l’équilibre reste parfait grâce à des crèmes peu sucrées. Un must !

Pâtisserie Mori Yoshida

Il faut être en appétit pour s’attaquer à cet imposant Millefeuille Noisettes. Habilement imaginé posé sur le coté, on aime à casser le parfait esthétisme de ce gâteau avec sa petite cuillère. Les trois couches de feuilletage sont denses mais restent légères à la dégustation. La crème praliné, de nouveau fondante, est puissamment aromatisée à la noisette. Gourmand comme un chat, j’en oublierais presque le léger excès de sucre de l’ensemble. Moi j’ai aimé mais certains plus délicats pourraient trouver à y redire…

Pâtisserie Mori Yoshida

Ah les éclairs au chocolat ! Le genre de gâteau que j’essaye tout le temps et où je suis à chaque fois déçu. Glaçage mal fait, trop épais, éclairs trop petits, trop sucrés, trop chers, etc. Bref, je ne suis jamais content ! Il y a bien celui de la Pâtisserie des Rêves qui se démarque mais en version boostée enrobée d’une coque en chocolat et facturée 5 € de mémoire, on est loin de la petite friandise à manger sur le pouce…  Celui de Mori Yoshida est à mon goût parfait. Pâte à chou légèrement craquelée, crème au chocolat abondante et corsée, fine tuile en chocolat sur le dessus qui parachève la sublime silhouette de ce long et généreux éclair. On savoure !

Pâtisserie Mori Yoshida

Pâtisserie Mori Yoshida

Certains me diront, quoi on termine par de malheureux Chaussons à la Banane et aux Pommes ? Le soufflé retombe ! Ô que non ! J’ai presque envie de vous dire que j’ai gardé le meilleur pour la fin. Et oui, de nos jours, trouver de beaux gâteaux bien classes, bien bons, biens chers est chose aisée dans notre petite capitale (Même si j’espère vous avoir convaincu que ceux de Mori Yoshida sont clairement dans le haut du panier). Mais trouver de bons Chaussons aux Pommes, c’est une autre paire de manches. Avouez-le, depuis combien de temps n’avez vous pas éprouvé du plaisir à manger un bon Chausson ? Peut-être même que, comme moi, vous l’aviez banni depuis belle lurette de votre petit-déjeuner dominical. Le mérite du Chef Mori Yoshida, il est là ! Non content de perfectionner ses délicieuses pâtisseries, besogneux au possible, il pousse le vice jusqu’à rendre de modestes viennoiseries absolument divines. C’est tout simple, ça paye pas de mine mais franchement qu’est ce que c’est bon ! A essayer d’urgence, comme tout le reste !

Mori Yoshida
65 avenue de Breteuil – Paris 7ème
Métro : Duroc
Tél : 01 47 34 29 74
Ouvert de 10h00 à 19h15 du Mardi au Dimanche
moriyoshida.fr


Retrouvez la Pâtisserie Mori Yoshida sur la Carte de mes Adresses à Paris.

Pâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori YoshidaPâtisserie Mori Yoshida





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



13 Responses to Coup de cœur pour les pâtisseries françaises du Chef Mori Yoshida

  1. J’aime bien quand tu nous fais découvrir des trucs dont je n’ai jamais entendu parler !
    Well done 😉

  2. magaliNo Gravatar says:

    et bien, même si je suis loin d’être « bec sucré », j’ai souri à l’évocation du baba aux agrumes ! tout ce que j’aime réuni dans un seul gâteau ! Merci pour les photos et en particulier les chaussons : je suis moins attirée par les gâteaux qui peuvent être « déguisés » sous les glaçages et autres crèmes que par les viennoiseries dans leur « nudité » appétissante ! Cordialement

  3. GregNo Gravatar says:

    Chouette article.
    T’as gagné j’y vais demain.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Ça c’est une bonne initiative Greg ! Tu me diras ce que tu en as pensé. Balances deux trois bricoles en japonais, t’auras peut être un chocolat gratos 😉

  4. Les TastersNo Gravatar says:

    On a le même avis, et presque au même moment!
    Il y a de l’humilité et du courage à la fois chez Yoshida et dans ses pâtisseries avec ces associations complexes et osées d’un côté et des prix sages avec un accueil simple de l’autre (Il est souvent en boutique et sert quand il faut).
    Ses gâteaux suivent les saisons et c’est une raison de plus d’y retourner souvent, en mettant de côté, une fois de plus, les résolutions.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Oui tout à fait ! J’ai vu que vous aviez publié un article juste avant le mien. Je me suis dis que j’allais attendre d’écrire le mien avant de vous lire 😉 Mais on est complètement d’accord ! Une super adresse, un pâtissier talentueux, des prix raisonnables. Il n’y a que le quartier qui est galère mais bon… Je ferai un effort 🙂

  5. julienNo Gravatar says:

    le millefeuille noisette a l’air d’etre une tuerie

  6. jmdespNo Gravatar says:

    Je note l’adresse qui parait très intéressante. Ah, et puis il y a un peu d’a priori quand même contre le quartier, c’est un très bon choix pour les restaurateurs, et il y a d’autres japonais à noter pas loin, même s’ils sont en majorité un petit peu plus vers la direction du bon marché. Il suffit d’aller par là pour trouver la table d’Aki (cuisine française par l’ancien chef poissonnier de l’Amboisie), la pâtisserie Walaku (bon, c’est très cher, mais ça en vaut la peine) du restaurant Aida, le restaurant Aida lui même.

  7. Pingback: Liberté et les pâtisseries de Benoît Castel - Le Gastronome Parisien

  8. AngéliqueNo Gravatar says:

    Dans le même registre du grand pâtissier qui sait rester humble et garder des prix doux : Sebastien Degardin rue St Jacques, à deux pas du panthéon.
    C’est lui qui m’a réconcilié avec les éclairs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑