Coup de ♥ Mandoobar Paris

Published on mars 4th, 2014 | by Le Gastronome Parisien

33

Le Mandoobar et sa sublime cuisine coréenne de comptoir

Le Mandoobar est curieusement passé sous le nez des plus avisés foodeurs de la capitale. Ouvert en toute discrétion en octobre dernier dans le 8ème arrondissement, il m’a été conseillé par une amie coréenne et il me tardait de découvrir ce nouveau spécialiste du Mandoo à Paris. C’est à l’occasion du tournage de l’emission Très Très Bon avec le Très Très Bon François-Régis Gaudry que nous avons tenté notre chance dans cet établissement encore désert mais plein de promesses.

Premières Impressions :

Le Chef coréen Kim Kwang-Loc a décidé d’installer son comptoir à Mandoo dans la discrète rue d’Edimbourg. En lieu et place d’une ancienne boutique de guitares, il a courageusement aménagé de ses mains un très bel espace où 12 convives sont confortablement installés et en prise direct avec la cuisine.

Mandoobar Paris

Mandoobar Paris

La salle du restaurant regorge d’objets insolites typiquement coréens. Le mur de briques affiche un magnifique Hanbok, un vêtement traditionnel coréen, tandis que dans le fond flotte une authentique cithare du pays. On a peine à croire que le Chef a réussi à s’improviser décorateur avec autant de brio. Bricoleur et cuisinier, décidément cet homme est bon à marier !

Seul, il s’occupe de tout. De l’accueil jusqu’au service en passant bien évidemment par la cuisine qu’il pratique avec le plus grand soin. Le restaurant est encore en rodage et nul doute que le succès grandissant de l’adresse amènera son lot d’ajustements.

La Carte :

Mandoobar Paris

La sérénité qui se dégage des lieux est vraiment agréable et l’on prend plaisir à décortiquer la carte au rythme de la douce musique coréenne 70s qui émane de l’électrophone. La liste des propositions est très courte. Il y a d’abord les fameux Mandoo déclinés en version aux légumes et à la viande. Les prix sont dérisoires allant de 7 € les 8 aux légumes à 9.5 € pour 12 à la viande. De quoi se faire une belle orgie à moindre frais ! Ensuite, le Chef travaille le bœuf et le thon pour des tartares aux saveurs coréennes (9/10 €). Enfin, on a le choix entre trois accompagnements aux énoncés minimalistes, riz au soja, soupe coréenne de saison et salade coréenne. En appétit, nous commandons tous les plats de la carte ! Je vous recommande d’ailleurs d’en faire autant sachant qu’à deux il vous en coûtera à peine 23 € par personne…

Le Repas :

Mandoobar Paris

Pour accompagner ce déjeuner, le Chef nous propose un Bek Se Ju. Cet alcool coréen est réalisé à partir de riz gluant fermenté et aromatisé, entre autres, avec du ginseng, de la réglisse, du gingembre, des baies de goji et de la cannelle. Contenant de nombreuses herbes utilisées dans la médecine traditionnelle, ce vin favoriserait la longévité. C’est d’ailleurs de là qu’il tient son nom puisque Bek Se Ju 백세주 signifie Vin de Cent ans en coréen. N’ayant jamais goûté ce breuvage auparavant, j’ai été surpris par ses riches notes herbacées mais sa puissance et sa complexité en font un vin de riz fabuleux qu’il me tarde de déguster de nouveau…

Mandoobar Paris

On sent à la façon de travailler et de parler du Chef Kim Kwang-Loc qu’il est un véritable passionné de son métier. Dans un bon français, il nous explique sa cuisine et sa démarche, nous parle de fraîcheur et de l’origine de ses produits. Sur tous les sujets, il semble incollable et s’affiche en puriste invétéré. Sincère et humble, il n’a qu’une obsession, celle de faire aimer la cuisine de son pays à ses clients.

Mandoobar Paris

Les Mandoo font leur entrée. Fumants et luisants, ils brillent par leur finesse. La transparence de la pâte faite maison à partir de farine de blé et de riz gluant laisse apparaître les aromates. M’efforçant de raconter des choses à peu près intéressantes à la caméra de l’adorable François-Régis, j’en oublie de m’appliquer sur mes photos. Tant pis, je meurs de faim.

N’y allons pas par quatre chemins, je suis littéralement tombé sous le charme de ces dumplings coréens. La version aux légumes renferme une farce à base de tofu, de poireau, de ciboule et de quelques touches d’algues. L’ensemble est onctueux et léger. Le tofu apporte une délicate consistance tandis que le poireau et la ciboule laissent s’échapper tous leurs parfums en bouche. C’est jouissif, j’ai adoré !

La version à la viande n’est pas en reste. La farce composée de bœuf et de porc marinés avec de la ciboule se distingue par cette même légèreté. Trempés dans un mélange sauce soja et huile de sésame, ces mandoo se dégustent sans faim ni fin. Oubliés les Jiaozi bourratifs et les gyozas grillés, maintenant je ne jure que par les Mandoo coréens du Mandoobar 😉

Mandoobar Paris

Je n’ai pu sauver de ce naufrage photographique que ce cliché du Tartare de bœuf. J’aurais eu bien de la peine de ne pas pouvoir vous en vanter les mérites. En effet, malgré son air banal, ce plat révèle une viande de première qualité taillée avec dextérité sous nos yeux. L’assaisonnement est simple mais d’une justesse impeccable. L’amertume caractéristique de l’huile de graines de sésame grillées est reléguée en arrière plat pour laisser toute sa place au goût brut de la viande fraîche. La sanction est tout aussi unanime avec le Tartare de Thon. L’huile de sésame a disparu au profit de l’unique sauce soja. Une touche de piment et quelques lamelles de radis mariné suffissent à sublimer l’ensemble.

Du coté des accompagnements, peu de surprises mais des réalisations précises et honnêtes. Le riz est cuit à la perfection, les pousses de soja sont croquantes et les assaisonnements ajustées à la goutte près. Mention spéciale pour la Soupe coréenne. L’onctuosité du tofu contraste avec la puissance du bouillon. Ça sent la terre, les herbes, bref, on plonge sa cuillère sans retenue mais non sans alterner avec une rasade du remarquable Bek Se Ju. Autant de plaisir pour seulement 3 €, je ne sais pas ce qui vous faut pour vous convaincre d’aller au Mandoobar !

Vous noterez que le restaurant ne propose pas encore de desserts. Ça ne saurait tarder ! Le Chef attend en effet du renfort en cuisine en provenance directe de Séoul. Il y a fort à parier que le Mandoobar nous réservera de belles surprises à l’avenir.

Bilan :

Faut il y aller ? Il y a tout dans ce restaurant. Une cuisine sincère et légère, un cadre agréable, un bel accueil, un Chef passionné, de beaux produits, des prix dérisoires et des tas de promesses pour l’avenir. Pour moi, c’est un vrai coup de cœur que je suis heureux de partager avec vous.

Avec qui ? Un critique gastronomique.

Y retourner ? Je me demande si je ne vais pas prendre une réservation hebdomadaire !

La clientèle ? Essentiellement des connaisseurs pour le moment mais je ne doute pas que l’adresse va vite faire le tour de la blogosphère et attirer toutes sortes de curieux gourmands.

C’est cher ? Tellement peu qu’on se demande comment le restaurant va tenir… Même en y allant sévère sur la commande on ne dépasse pas les 30 € par personne. Quand je pense que le shot de Mandoo + bière n’est qu’à 13 €, je me dis qu’il est bien difficile de trouver meilleur plan dans le secteur…

Et les toilettes ? Nickel.

PS : N’oubliez pas de lire la critique de François-Régis Gaudry sur son blog et surtout de regarder l’excellente émission Très Très Bon de Paris Première !

Informations :

Mandoobar
7 Rue d’Edimbourg – Paris 8ème
Tél. : 01 55 06 08 53
Métro : Europe


Retrouvez le Mandoobar sur la Carte de mes Adresses à Paris.

Mandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar ParisMandoobar Paris





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



33 Responses to Le Mandoobar et sa sublime cuisine coréenne de comptoir

  1. ThomassouNo Gravatar says:

    Superbe article qui met l’eau à la bouche ! J’aime la manière dont tu nous parle des restaurants. Ce soir je décroche mon téléphone pour réserver au plus vite une place au comptoir ! Je n’habite pourtant pas bien loin mais je ne connaissais pas du tout cette adresse. Il fallait la trouver celle là. Merci encore et je reviens vite donner mon avis 😉 Bonne soirée.

  2. LukasNo Gravatar says:

    Excellent. Une adresse qui n’a que des qualités.Des restaurants comme ça, ça n’existe pas partout. Vous êtes gâtés à Paris.

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Ah Paris a aussi un bon paquet de brebis galeuses 🙂 Je suis malheureusement plus souvent déçu que satisfait en me risquant dans de nouvelles adresses 🙁

  3. Mais c’est très très bon cette adresse 😉
    Plus sérieusement, très hâte de voir la vidéo avec Mister F R G !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Je ne connais pas à l’avance la note qu’il va mettre mais je pense que ça lui a plu aussi. La diffusion est prévue dans 15 jours a priori. Pourvu que je ne passe pas pour un con :S En tout cas, FRG est un mec top qui en connait un rayon sur son métier.

  4. ça je veux bien le croire… ne serait-ce que par sa curiosité qui est à l’origine de son contact 😉
    Aller, on va regarder ça ou programmer le magnéto.
    Tu devrais t’en sortir va, j’en suis certain !
    Entre passionnés vous n’avez pas du vous lâcher… Bien vu le sujet sur la cuisine asiatique avec toi et bien vue aussi cette nouvelle adresse.
    Tu prépares les serveurs pour le pic de connexion ? 😉

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      L’adresse est bien vue c’est clair ! Je suis bien content d’avoir déniché ce resto car le Chef mérite vraiment qu’on parle de lui. D’ailleurs je compte sur toi pour aller y faire un tour rapidement !

      Ouhla oui ça va être le branle-bas de combat chez mon hébergeur, ça ne fait aucun doute… 🙂

  5. MagaliNo Gravatar says:

    J’avais vu le post de FRG avant de lire le vôtre… Mais je préfère vos explications plus détaillées où je sens le véritable passionné (et connaisseur) de la cuisine asiatique et de ses différences selon les pays. Et ne soyez pas modeste, même mort de faim, vos photos sont très bien ! Maintenant, j’attends de voir le reportage de FRG !

  6. Pingback: 716 Sélections – Le Gastronome Parisien Sélection | 716 La Vie

  7. Pingback: 716 Sélections – Le Gastronome Parisien Sélection en | 716 La Vie

  8. Nath'No Gravatar says:

    Je ne connaissais pas les Mandoo et tu m’as donné très très envie d’y goûter : ça a l’air vraiment trop trop bon !

  9. germainNo Gravatar says:

    J’ai découvert la cuisine coréenne il y a quelques années. Je vais sûrement passé au Mandoobar, cela me rappellera des souvenirs !

  10. hmmmmmmmmmmmmmmmm….. ah, c’est malin! J’ai faim main’nant!!!!

  11. Pingback: Bekseju Village in Paris, le nouveau bistrot coréen du 13ème - Le Gastronome Parisien

  12. Pingback: Mandoobar, restaurant de ravioli coréens à Paris

  13. Pingback: La Tropicale et ses Créations glacées inédites - Le Gastronome Parisien

  14. Pingback: LiLi, le restaurant cantonais du Peninsula - Le Gastronome Parisien

  15. Pingback: RESTAURANT MANDOOBAR : BAR A RAVIOLIS COREENS (BOF BOF) | La Petite Banane

  16. guoNo Gravatar says:

    L’endroit est plus petit qu’il ne parait en photo, 1/3 de la surface total est occupé par un instrument de musique à cordes, pas bcp de restaurateurs aurait sacrifié cette surface surtout que la salle n’est pas grande, bravo…
    La cuisine se fait presque sans cuisson, sauf pour les raviolis, qui sont moyens, la cuisson de la pâte n’était pas bonne…Mais les tartares de boeuf et de thon rouge sont délicieux, boeuf au poivre noir et le mélange thon/algues séchées est agréable…
    Le patron est hypnotisant avec ses lentilles de contact de couleur et son calme pour vous expliquer qu’on ne pouvait pas rester plus d’une heure pour manger.

    On a tout presque tout commandé sur la carte, sauf le riz, 72e pour deux et le repars torché en 20min (on s’était dépêché pour ne pas contrarier le patron) je pense qu’on a été les clients les plus rentables de la soirée.
    Sinon j’ai apprécié sa technique pour malaxer la viande afin de faire pénétrer les assaisonnements (avec des gants en caoutchouc) une cuisine simple et presque chirurgicale

  17. Pingback: Les précieuses Confitures de fruits taïwanais de David Huang - Le Gastronome Parisien

  18. Pingback: Gastronome Parisien : Bilan 2014 - Le Gastronome Parisien

  19. GuillaumeNo Gravatar says:

    J’ai enfin pu y aller hier soir après de nombreux échecs (faut dire que je ne supporte pas réserver un restaurant plus d’une journée à l’avance).
    Nous étions 2 et avons prix toute la carte solide.
    Les raviolis sont vraiment très sympas, légers et aériens. Gros plus pour celui au kimchi qui aurait gagné à être encore un peu plus épicé.
    Le ravioli légume était particulièrement fondant, mais alors pour le coup j’avais l’impression d’avoir affaire à un ravioli italien.
    15 raviolis pour une personne ne suffisent pas pour un repas, même pour un petit estomac je pense.

    A noter que le chef n’est plus seul derrière son comptoir. Il ne s’occupe plus de faire les mandoos, ce sont deux apprenties coréennes qui s’en chargent

    Les tartares sont fondants et délicieux. Le gros point fort du repas. On a vraiment eu envie de les laisser durer dans l’assiette tellement ils sont bons.
    La salade coréenne m’a surpris, principalement par le fait qu’elle soit si peu relevée. Seulement un petit peu de piment coréen dedans je dirais. et quelques poivrons pour relever. C’est très bon tout de même.
    La soupe est (il me semble) simplement au miso rouge (akamiso) et donc très simple et je m’attendais plus à un bouillon épicé avec éventuellement un peu de végétal. Un peu déçu sur ce plat.
    Le riz rien à dire, ça reste un bol de riz avec un peu de soja.

    Repas accompagné d’un bekseju. Toujours sympathique et facile à boire. On remarque le pricing qui empêche de faire son repas « à la coréenne » avec leurs bouteilles de soju à 2 euros … mais c’est la faute du pays, absolument pas du restaurant 😀
    Un thé vert coréen en dessert, conseillé par le chef, et surprenant de légèreté. Très bon.

    Bilan :
    Un poil plus de 80 euros pour deux. Je trouve ça un poil cher et correct en même temps.
    J’ai tout trouvé vraiment bon au final mais ne me suis pas senti entièrement en Corée. Une adresse qui vaut tout de même largement le coup d’être découverte, et qui sera plus économe pour les petits appétits.

    Merci pour ton article et pour m’avoir fait découvrir cette adresse 🙂

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Un grand merci Guillaume pour ce retour d’expérience détaillé. Je partage tes remarques.

      C’est vrai que le resto a pas mal évolué depuis le début. C’est sympa d’avoir fait une petite mise à jour de ce qui a changé ! Je devrais sans doute refaire un article surtout que j’y vais régulièrement (Même si comme pour toi, c’est compliqué d’avoir une place :S)

      En tout cas, très content que ça t’ait plu.

      A bientôt !

  20. Pingback: Le Mandoobar et sa sublime cuisine corée...

  21. ZACNo Gravatar says:

    Bon c’est fait !! on a réservé pour les 18 ans de mon grand garçon et ça a été une réussite malgré l’attente de 20 minutes adoucie par la gentillesse du chef … les mandoos au kimchi nous ont séduits et bien sur le tartare de bœuf est exceptionnel la salade top aussi tout cela s’accommodant très bien avec les saké ! en cadeau une dégustation d’une graine de poivre du nord de la Corée au gout de citronnelle pour parfumer la bouche suivi d’un tartare de thon ! vraiment étonnant ! on a pas mal avec le chef c’est vraiment une expérience à vivre , rapport qualité prix très correct
    Merci pour l’adresse !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Je suis vraiment content que vous ayez apprécié ce restaurant. Vous en parlez remarquablement bien. Merci à vous pour votre retour d’expérience.

      Alexandre.

  22. Très très bon ! Effectivement, mes mandoo manquaient un peu de cuisson (dommage) mais restaient quand même très bons. Préférence pour ceux au Kimchi qui étaient top.
    Les tartares sont fondants à souhait et la salade, fraîche et savoureuse.
    Le thé vert était délicatement parfumé comme je l’aime sans être trop amer.
    Petite rectification: le restaurant est désormais ouvert le samedi midi (du coup, on a pu avoir de la place sans problème vu que beaucoup pensent qu’ils sont fermés à ce moment-là ^^).

  23. Pingback: Bar à Momos, le premier Bar à Raviolis tibétains de Paris - Le Gastronome Parisien

  24. Pingback: Resto asiatique ou nouveau concept | Pearltrees

  25. Pingback: Resto asiatique ou nouveau concept | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑