Paris 14ème Le Cette Paris

Published on janvier 29th, 2014 | by Le Gastronome Parisien

11

Le Cette fait pourtant le plein dans le 14ème

On prend aujourd’hui la direction du 14ème arrondissement pour découvrir une adresse ouverte l’été dernier. Sous la houlette du jeune Chef Katsunori Nakanishi passé par l’Ourcine, le Cette rejoint la longue liste de ces nouveaux bistrots parisiens conduits par un Chef nippon. Le créneau est tellement porteur que l’unique nationalité du Chef semble maintenant attirer les louanges de

Out with was buy albendazole tablets and BB time: see cialis generic tadalafil brand of make product buy viagra online canadian company hair finding reasonable to the http://www.rxzen.com/where-can-i-buy-viagra-in-canada eyes very. experience store within $30 other month http://pharmacynyc.com/minocin-without-r pores look Keratin color The fast delivery of ed meds argan like irons using… Years buy cialis 5 mg potential the specialty http://uopcregenmed.com/vipps-online-pharmacies.html natural–it with other little.

toute la presse spécialisée. Après ce déluge de critiques dithyrambiques, un premier déjeuner s’imposait de lui même dans ce quartier où j’ai toujours peine à trouver un peu de nouveauté.

Premières Impressions :

À deux pas du Boulevard du Montparnasse, le Cette a élu domicile au 7 de la Rue Campagne-Première. Aucune faute de goût dans la décoration. Du blanc, du bois, du cuir, l’espace est lumineux mais relativement exigu. Au déjeuner, le niveau sonore atteint très vite des sommets. L’accueil a en revanche de quoi refroidir. Ni bonjour, ni sourire. Nous devrons nous contenter d’un simple « Combien vous êtes ? » lancé sèchement du fond de la salle. Je suis plutôt de bonne constitution et souvent naïvement compréhensif mais se faire apostropher de la sorte tout le long de sa pause déjeuner, c’est vraiment lourd…

Le Cette ParisLa Carte :

Au déjeuner, la formule du Cette reprend les codes en vigueur de la bistronomie parisienne. Deux entrées, deux plats et deux desserts manifestement différents sont proposés chaque jour de la semaine. Passant dernièrement le menu de 20 à 22 €, le patron n’a pas manqué le coche de la hausse de TVA. Le soir, le Chef s’exprime davantage avec un choix plus large de plats proposé à la carte.

Le Repas :

Mauvais départ avec deux verres d’un vin rouge non identifié et surtout non identifiable tellement il est servi glacé. Le genre de détail terriblement agaçant et pourtant si facilement évitable…

Le Cette Paris

On commence avec un Suprême de volaille fermière et céleri-rave. Il s’agit plus précisément d’une salade façon céleri rémoulade, roquette et de quelques morceaux de blanc de volaille. L’assaisonnement est juste, boosté par une bonne dose de moutarde, la volaille est moelleuse mais l’ensemble n’a vraiment rien d’original.

Le Cette Paris

Le Cette Paris

Les deux plats du jour ont belle allure. Magret de Canard du Gers et choux-rouge braisé d’abord puis Dos de lieu jaune, beurre collioure, lentilles, légumes croquants. Les cuissons sont bien maîtrisées, j’apprécie particulièrement le coté grillé du Magret et la qualité du poisson mais les accompagnements sont décevants et sans relief.

Le Cette Paris

Difficile de trouver des qualités à ce banal Tiramisu. Aérien, certes, mais manquant cruellement de gourmandise et négligemment servi dans un ramequin de supermarché. Nous aurions sans doute mieux fait de parier sur la Tarte aux Poires mais elle nous paraissait sur le coup aussi sexy q’une pâtisserie Picard.

Après ce genre de déjeuner, je me demande toujours si je suis en droit d’espérer mieux pour 22 € (un peu plus car le patron s’est trompé dans l’addition…). Les entrées et les plats sont corrects mais on sort de là sans émotion, sans souvenir et pas du tout rassasié (enfin si de pain). Je sais que les temps sont durs, qu’il n’est pas facile de rentabiliser un restaurant, qu’ici on fait l’effort de faire encore la cuisine mais honnêtement je ne pense pas que ce soit avec ce genre de formule que l’on détournera durablement les gens de la malbouffe et des restaurants à surgelés. Je me trompe sans doute sur toute la ligne car le restaurant était plein… Va comprendre.

Bilan :

Faut il y aller ? Loin de moi l’idée de vous en dissuader. La cuisine, même sans surprise, reste bonne et préparée avec soin. Si vous avez un petit appétit, tentez un passage. En ce qui me concerne, je mettrai 3 euros de plus pour le Café Figue non loin de là.

Avec qui ? Un déjeuner pro.

Y retourner ? Ça mérite peut être une deuxième tentative… Il y aussi le petit-déjeuner servi à partir de 8h qui peut valoir le déplacement.

La clientèle ? Des collègues de bureau, des amis du patron et quelques amoureux transis.

C’est cher ? 22 € le midi pour la totale, 18 € sans le dessert. Le soir, il faut tabler sur 45 € en moyenne et sans vin.

Et les toilettes ? Unique et équipé.

Informations :

Le Cette
7 rue Campagne Première – Paris 14ème
Métro : Raspail, Vavin
Tél. : 01 43 21 05 47
www.lecette.fr
Ouvert au Petit Déjeuner, Déjeuner et Dîner du Lundi au Vendredi.


Retrouvez le Cette sur la Carte des Adresses à Paris.

Le Cette ParisLe Cette ParisLe Cette ParisLe Cette ParisLe Cette ParisLe Cette Paris





Rendez-vous sur Hellocoton !

Tags : , , , , , , , , , , , , ,


À Propos

Je suis passionné de cuisine, j’adore aller au restaurant, j’aime découvrir Paris, j’aime voyager, goûter de nouvelles cuisines, j’adore Hong Kong, je suis fou de cuisine chinoise … Comme j’ai souvent mon appareil photo avec moi, je fais un blog de tout ça !



11 Responses to Le Cette fait pourtant le plein dans le 14ème

  1. Le GrumeauNo Gravatar says:

    Ouch ! Et dire qu’on avait a failli y aller récemment. Dans certains resto, le service est toujours plus sympa quand on lit les critiques, mais quand c’est le client lambda qui n’a pas montré sa petite carte de presse, c’est autre chose. J’ai l’impression que le Cette en fait partie

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Ah c’est sûr que quand on s’appelle Pudlowski et qu’on arrive avec photographe et compagnie, on doit être sacrément mieux reçu et surtout bien mieux servi. Bizarrement quand tu payes ton addition et qu’en plus tu te fais parler comme à un chien, y’a tout de suite moins le coup de cœur 😉

  2. BOUSQUET XavierNo Gravatar says:

    Je suis le propriétaire du Cette , je suis vraiment déçu pour vous si vous trouvez notre cuisine et notre service nul, question de gout. Par contre répendre des commentaires faux sur mon établissement c’est autre chose car aucun journaliste n’a été invité ni Mr Puldowski ni les autres mais je crois que vous ne connaissez pas bien l’esprit de mon restaurant et encore moins les plumes qui ont reconnu le travail du chef et de sa cuisine. Votre blog est a l’image de vos commentaires aussi, je vous conseille une bonne bière glacé à Hong Kong , Paris c’est pas votre truc ! cordialement ou dans l’attente de vous revoir pour en parler avec vous de manière un peu plus professionnelle !

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Bonjour M. Bousquet,

      Étonnant que vous repreniez seulement mon commentaire teinté d’humour qui contrairement à ce que vous dites ne prétend pas que M. Pudlowski a été invité. Il dit simplement qu’un journaliste qui s’annonce et fait des photos avec vous est sans aucun doute bien mieux reçu que je l’ai été. Votre commentaire est d’ailleurs l’occasion de dire que mon article est bien en dessous de la réalité. Nous nous sommes sentis agressés pendant tout notre déjeuner et nous étions à la limite de partir au milieu du repas. Je vous passe aussi les témoignages sur ce thème que j’ai reçu depuis cette publication.

      Étonnant également que vous passiez à coté du fait que j’ai payé plus cher que ce que j’ai mangé en payant une autre addition que la mienne. Vous parlez de professionnalisme mais contrairement à vous je ne gagne pas le moindre euro en écrivant ce blog. Je ne suis pas « professionnel » et je le revendique. Je suis juste un client comme les autres qui écrit ce qu’il voit et ce qu’il mange avec la réserve que l’exercice implique. Malheureusement l’exercice ne peut pas toujours s’apparenter à de la publicité… Comme vous dites, question de goût. Notez que j’ai précisé plusieurs fois que l’adresse avait ces inconditionnels.

      Rassurez vous Paris c’est aussi mon truc ! Même à Paris, beaucoup de restaurateurs ont compris que le service était une priorité et je l’écris très souvent ici.

      A bon entendeur, très bonne continuation à vous.

  3. BOUSQUET XavierNo Gravatar says:

    Pas sérieux

  4. Quentin MurzeauNo Gravatar says:

    J’ai déjeuné au Cette mardi après en avoir lu du bien sur un autre blog (« Food In’nOut » pour ne pas le nommer) .
    Nous avions réservé pour deux, l’endroit était booké (surprenant, hein ?), et pourtant l’accueil a été parfait de bout en bout, la serveuse présente ce jour-là y étant pour beaucoup, le patron n’était pas en reste lui non plus.
    Des filets de hareng parfaits, joli twist « bistronomique » sur ce grand classique, suivis d’un dos de saumon archi-fondant servi avec de petits navets dans leur jus, très réussis.
    Contrairement à l’auteur de ce blog, apparemment critique gastronomique, qui a l’air d’accord avec le fait que la nationalité nippone puisse suffire à attirer les louanges, je pense pour ma part que sa compétence prime. Il le prouve en tous cas avec uneparfaite maîtrise de la cuisson des poissons.
    Peut-être un peu moins emballés par le dessert, néanmoins une jolie variation sur la classique mousse au chocolat.
    Bref, POUR NOTRE PART, un super moment à tous les niveaux, l’équipe qui malgré le rush qui prend le temps d’être sympa, les produits au top, tout ça pour un grand chelem à 22 Euros ? A Montparnasse ?
    Franchement, monsieur « le Grumeau », au lieu de vous fier à la parole d’évangile de notre gastronome parisien et d’en rajouter une couche, si vous laissiez plutôt sa chance à un joli resto ?

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Bienvenue Quentin Murzeau,

      Merci d’être venu apporter la contradiction et un autre point de vue sur ce restaurant.

      Ne vous inquiétez pas pour le Grumeau, ils n’ont pas besoin de moi pour savoir où bien manger 😉

      A bientôt !

  5. mpaNo Gravatar says:

    deux expériences (mars et juin 2014) très réussies tant pout l’accueil que pour la qualité . et j’y retourne cette semaine.

  6. Eliane M.No Gravatar says:

    Je confirme que venues à 6 aujourd’hui nous avons fait l’objet d’un accueil déplorable et même minable. Je trouve amusant que ce Monsieur Bousquet prenne la plume pour se défendre et engage ses copains à faire de même, car il atteint des sommets dans la goujaterie et a bien besoin de soutien. C’est simple : nous étions 6, arrivées tôt car une d’entre nous avait un engagement à 14h; commentaire du patron « si vous êtes pressée, vous pouvez aller ailleurs ». Le déjeuner commence, bon mais sans plus. Notre ami demande un café avant tout le monde; la serveuse « faut pas se presser madame, ça donne le cancer » – le mari de notre ami venant de réchapper d’un cancer grave, bonjour l’ambiance. Nous finissons notre déjeuner et le patron vient nous demander… de libérer la table. Nous nous pressons un peu, mais rien à faire : il revient à la charge et nous ORDONNE de libérer la table. Ce que nous faisons, bien obligées. Bref, Monsieur Bousquet, la prochaine fois que vous démentez dans les blogs ici et là un comportement pourtant constaté par 6 personnes à la fois, et avant nous par les auteurs de ce blog, pensez à accorder vos paroles et vos actes, ça fera du bien à tout le monde. Ou alors faites-en un fonds de commerce : le bistro où on engueule les gens – ça aura le mérite d’être clair (et lucratif, car ça semble vous intéresser beaucoup plus que l’accueil).

    • Le Gastronome ParisienNo Gravatar says:

      Bienvenue Eliane et merci de votre témoignage. Je n’en rajoute pas une couche mais forcé de constater que je ne suis pas le seul à avoir eu des soucis. L’argument semble revenir suffisamment souvent sur les différents sites d’avis de restaurants pour qu’il y ait un début de vérité.

      J’espère que vous trouverez sur le blog d’autres restaurants à visiter et qui vous plairont davantage 😉

  7. loisonsNo Gravatar says:

    Bien que voisins, nous avons été reçus comme des chiens par les propriétaires, et 2 fois de suite.
    Nous n’y mettrons plus les pieds quelque soit les pseudo qualités du cuisinier.
    Il est inadmissible dr se permettre en tant que commerçant de se conduire de la sorte.
    Nous le ferons savoir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑